La Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes (Convention SAR)

La Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes, en anglais « International Convention on Maritime Search and Rescue (SAR) » a été adoptée le 27 avril 1979 lors d’une conférence tenue à Hambourg et est entrée en vigueur le 22 juin 1985.

Cette convention adoptée sous l’égide de l’OMI, visait l’élaboration d’un plan SAR international de sorte que, quel que soit l’endroit où un accident se produit, le sauvetage des personnes en détresse en mer soit coordonné par une organisation de recherche et de sauvetage et, en cas de besoin, grâce à la coopération entre des organisations de recherche et de sauvetage de pays voisins. 

Suite à l’adoption de cette Convention, le Comité de sécurité maritime de l’OMI a divisé les océans du monde en plusieurs SRR (Search and Rescue Régions) ou Zones SAR et dans chacune d’elles, les pays ont délimité leurs zones de responsabilité. 

Les prescriptions techniques de la Convention SAR sont énoncées dans une Annexe, qui a été divisée en cinq chapitres. 

Peu de temps après, compte tenu du petit nombre d’adhésions et de la lenteur de sa mise en œuvre, la Convention SAR à subit une révision au niveau de son annexe technique. 

L’Annexe technique révisée de la Convention SAR qui a été adoptée en mai 1998 et est entrée en vigueur en janvier 2000, apporte des précisions sur les responsabilités des gouvernements et insiste davantage sur l’aspect régional et la coordination entre les opérations SAR maritimes et les opérations SAR aéronautiques. 

L’Annexe révisée comprend cinq chapitres que sont : 

Chapitre 1 – Termes et définitions

Chapitre 2 – Organisation et coordination

Chapitre 3 – Coopération entre États

Chapitre 4 – Procédures de mise en œuvre

Chapitre 5 – Systèmes de comptes rendus de navires

Aussi des amendements à l’Annexe de la Convention adopté en mai 2004 et entré en vigueur le 1er juillet 2006, comprennent :

  • l’adjonction, au chapitre 2 (Organisation et coordination), d’un nouveau paragraphe relatif à la définition des personnes en détresse ;
  • l’adjonction, au chapitre 3 (Coopération entre États), de nouveaux paragraphes relatifs à l’assistance à prêter au capitaine pour débarquer en lieu sûr les personnes secourues en mer; et​
  • l’adjonction, au chapitre 4 (Procédures de mise en œuvre), d’un nouveau paragraphe relatif aux centres de coordination de sauvetage entreprenant le processus d’identification des lieux les plus appropriés pour débarquer les personnes trouvées en détresse en mer.

Source : www.imo.org

Auteur de l’article : admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *