Rencontre régionale pour la sécurité des navires et de la pêche

Safety of ships and fishing gets a boost in Ghana

Le Ghana a accueilli du 8 au 12 juillet 2019 un séminaire régional sur le thème : « Assurer la sécurité des navires et de la pêche« . L’objectif de ce séminaire est d’encourager les discussions sur la promotion et la sécurité dans l’industrie de la pêche. Ce séminaire a été organisé par l’OMI en collaboration avec la FAO et Pew Charitable Trusts (Pew). Des participants de neuf pays de la région d’Afrique occidentale et centrale y ont participé. L’événement a permis de fournir aux gouvernements des pays membres l’assistance dont ils pourraient avoir besoin pour la mise en œuvre de l’Accord du Cap.

Cet Accord du Cap a été l’aboutissement de plusieurs initiatives, mis en place, au fil des ans, par l’OMI, afin d’améliorer la sécurité des pêcheurs et des navires de pêche. Il a été adopté en 2012,lors d’une conférence internationale organisée en Afrique du Sud, afin de donner effet aux dispositions de la Convention internationale de Torremolinos sur la sécurité des navires de pêche, 1977 (Convention SFV), laquelle fut ensuite modifiée par le Protocole de Torremolinos de 1993.

L’Accord du Cap entrera en vigueur 12 mois après la date à laquelle au moins 22 États, dont le nombre total de navires de pêche d’une longueur égale ou supérieure à 24 mètres exploités en haute mer est au moins égal à 3 600, auront exprimé leur consentement à être liés par lui. Jusqu’à présent, 11 États ont ratifié l’accord avec 1 413 navires sur les 3 600 nécessaires pour l’entrée en vigueurEn Afrique, seuls le Congo et l’Afrique du Sud ont ratifié l’Accord.

L’Accord du Cap (Cape Town Agreement) de 2012 fournira des normes internationales pour la sécurité des navires de pêche. Il décrit les règlements conçus pour protéger la sécurité des équipages et des observateurs et établit des règles de jeu équitables pour l’industrie tout en fixant des normes pour les navires de pêche de 24 mètres de long et plus.

De nombreux États membres ont observé un lien entre le manque de sécurité en mer, le travail forcé et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). L’entrée en vigueur de l’accord devrait améliorer la sécurité en mer dans le secteur de la pêche dans le monde entier. Il sera également un outil utile pour lutter contre la pêche INN et réduire la pollution causée par les navires de pêche, y compris les débris marins.

Dans un geste important, le ministre des Transports du Ghana, l’honorable Kwaku Ofori Asiamah, a exhorté les Autorités maritimes du Ghana à lancer le processus de ratification de l’Accord du Cap. La pêche est une industrie importante pour le Ghana, un grand exportateur de fruits de mer en conserve, notamment de thon.

Source : http://www.imo.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *